المحمـــــدية مـــدينة الـــبـرتقــــال تـــــرحــــب بضيوفيها الكرام

Stidia;Ain NOUISSY

La Stidia (également appelée Aïn Stidia) est une petite ville de l'Ouest de l'Algérie dans le wilaya de Mostaganem. C'est une station balnéaire. A l'initiative du maire Prospert Darius, on donna à La Stidia le nom de Georges Clemenceau.UNE COLONIE ALLEMANDE EN ALGERIE LA STIDIA. Lorsque, en 1844, l'autorité militaire, sous l'énergique impulsion du Maréchal Bugeaud, entreprit de coloniser ...Le meridien de grenwich passant par Stidia.Centre créé en 1846 sous le nom de La Stidia (nom de la source Aïn Stidia) dans le département Oran arrondissement de Mostaganem pour des Prussiens qui devaient se rendre au Brésil ou au Texas mais arrivés à Dunkerque, abandonnés par la Compagnie Maritime censée organiser la traversée vers les Amériques, ils auront à mendier plusieurs mois avant que les autorités réagissent à cet état de fait.     Aïn-Nouïssy ("source merveilleuse" ou "source miraculeuse") créée en 1848, doit son nom à la source éponyme qui jaillit sur les pentes de la Chegga. plusieurs tribus, n'ayant aucune communauté d'origine, occupaient cette région : Bordjia, Dradeb, Akerma, Abid Cheraga, Hachem Darough.
Du temps des Turcs, les trois premières de ces tribus faisaient partie du makhzen de l'agha des douairs, les Abid Cheraga comptaient dans le makhzen de l'agha des Zmelas et les Hachem Darough étaient sous les ordres directs du caïd de Mostaganem. En juillet 1833, lors de l'occupation de Mostaganem par le général Desmichels, ces tribus qui avaient reconnu l'autorité d'Abd El-Kader vinrent sous ses ordres attaquer les avant-postes français qu'elles forcèrent à rentrer dans la place. (Déjà, depuis 1830, le caïd Ibrahim, qui tenait la ville pour les Français, avait dû plusieurs fois repousser leurs assauts.En juin 1835, elles aidèrent à nouveau l'émir Abd El-Kader dans l'affaire de La Macta, rentrèrent chargées de butin, et, à l'automne de la même année, tentèrent, sans succès, une nouvelle expédition sur Mostaganem et inquiétèrent la colonne du maréchal Clauzel, qui venait de prendre Mascara. L'année suivante, c'est au général Perrégaux qu'elles résolurent de se soumettre et c'est à cette occasion que fut construite, sur la limite du pays des Bordjia et des Beni-Chougran, au bord de l'Habra, la route conduisant à Mascara par la redoute de Perrégaux.                                                                                                                                         

ImageChef.com - Custom comment codes for MySpace, Hi5, Friendster and more le Perregaulois KRIM ARBI Ahmed vous remercie pour votre visite .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×