المحمـــــدية مـــدينة الـــبـرتقــــال تـــــرحــــب بضيوفيها الكرام

Perregaux juin 1962

À Perrégaux ces jours-ci les gendarmes décident une opération contre l'O.A.S. et sollicitent l'appui de l'armée qui refuse. Ils font venir des renforts et commencent par cerner le cantonnement des militaires pour les empêcher d'intervenir. Puis ils vont attaquer la villa de l'O.A.S, à la mitrailleuse lourde. Quelques-uns se rendent, d'autres sont pris. Seul un gamin de dix-huit ans résiste et crache toutes les munitions de la maison. Il tient une heure et finit par périr sous les décombres de son réduit. Le capitaine de l'armée va voir les parents et leur dit: "Vous pouvez être fiers de votre fils qui s'est conduit comme un héros ... " Obsèques solennelles là-bas. Puis on ramène le corps à Oran en train spécial plein de parents et d'amis, dont un cousin qui me raconte l'affaire. Au départ du train, quelqu'un parcourt les wagons et dit en espagnol: "Méfiez-vous. Taisez-vous. Il y a des espions." Deux messieurs très bien s'installent à côté du père et de la mère. Très entreprenants, ils amorcent la conversation, Vainement, silence complet. À l'arrivée, en gare d'Oran, dans le hall, à la sortie, deux coups de revolver au milieu de tout le monde. Les deux messieurs sont étendus, morts. O.A.S veille. Le journal de ce matin les appelle "deux Européens non identifiés".

ImageChef.com - Custom comment codes for MySpace, Hi5, Friendster and more le Perregaulois KRIM ARBI Ahmed vous remercie pour votre visite .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×