المحمـــــدية مـــدينة الـــبـرتقــــال تـــــرحــــب بضيوفيها الكرام

FERRAGUIG

Les Béni Chougrane se composent essentiellement des ARCH d'EL FERRAGUIG dont leur ancètre est SIDI KADA BELMOKHTAR, 

des Hachem-Cheraga, de la tribu des Ouled-Aïssa-ben-Abbess.,dont une fraction réside à Matemore et Froha ,l'autrre fraction à oued el hammam EL GUETNA .Le Froha arabe avait environ 37 km d'étendue du Nord Ouest au Sud- Est jusqu'auprès de Bou-Hanifia et de la Guethna, lieu de naissance de l'Emir Abd-elKaderOuled-Sidi-Kada-bon- Mokhtar, fraction de la grande tribu des tlachems, était la plus riche de la contrée, et y avait une importance immense depuis le seizième siècle de notre ère.Ils étaient conduits par Si-ben-Fréah-ben-Kratir , personnage important, d'une puissante famille des Hachems , considérée presqu'à l'égal de la famille des Ouled-Sidi-Kada-bel-Mocktar à laquelle appartenait Abd-el-Kader.Parmi les nombreux prisonniers ramenés à Mascara ,aprés l'insurrection des ouled sidi cheikh,se trouvait le chef des Sidi- Kada-ben-Moktar, fraction importante des Hachem-Cheraga plusieurs prisonniers, parmi lesquels se trouvait le marabout Sidi-Kada-ben-Moktar. Rentré à Mascara le 9, le général Lamoricière se servit de ce personnage pour entrer en négociation avec les Hachem-Cheraga

; pour obtenir sa délivrance, les marabouts ses amis vinrent solliciter l' aman,

,qui sont venus de la plaine de GHRIS,aprés leur révolte contre les turcs en 1752,ne voulant plus etre pénalisés par les impots du BEYLICK de Mascara.Ils sont issus dde la grande tribu des HACHEM,tribu chérifienne,descendante de IDRISS 1er,qui s'est dé^lacé au 10ème siècle à GHRISS FROHA HACHEM MAREMORE.l3emir aBDELLKADER EL DJAZAIRI appartient à cette tribu hachémite.Mon ancètre EL HADJ BEKHEDDA ,ALLAH ya rahamouhou ,fonda sa ZAOUIIA,la première à Barigounprécismment derrière l'ancien tribunal de Barigou,en 1551,avant l'occupation françaiseLes Béni Chougrane;originaires des monts chougrane,le terme chougrane désigne une femme blondde qui sappelait CHAGRA,d'aprés la légende.dans les montagnes de béni chougrane, où les Turcs n’avaient jamais osé s’engager.les monts béni chougrane, contrée rebelle au tempérament volcanique quand il le faut et là ou il le faut, les Beni-Chougrane— bastion de l’insurrection populaire de 1914 contre l’occupant français qui a voulu incorporer par la force sous son drapeau les jeunes de cette région ,le courage moral de ces hommes rebelles, génétiquementfarouches et hostiless àà toute incursion étrangère.

Arch El Ferraguig,fraction de la puissante tribu des HACHEM,les Hachem, , qui était comme les Samouraï au Japon , la tribu des Hachem, venue de l’ouest à une époque dont la tradition n’a pas conservé le souvenir, Les cavaliers Hachem, ne tardèrent pas à prospérer et à se multiplier. Attachés irrévocablement à la fortune , ils formèrent le noyau de là cavalerie régulière du sultan Abd-el-kader augmenta leurs privilèges, et, comme ils étaient excellents cavaliers, c’est à eux qu’il confia la reproduction et l’élevage d’une race de chevaux qui, au début de la conquête française, jouissait encore d’une grande réputation Les Hachem, Cette tribus sera mentionnée durant la période turque.Il faut attendre la période coloniale pour voir leurs noms apparaître de nouveau.Le document qui en fait mention est le dénombrement de la population de 1850(origine et migration:le dénombrement de la population en Algérie...).Néanmoins en ce qui a trait aux Hachem, ils seront mentionnés dans l'étude de Pierre Boyer par rapport aux Béni-Rached. Importante tribu berbère, souvent citée par Ibn-khaldoun, les Béni-Rached, après avoir occupé pendant très longtemps le Djebel Amour qui s'appelait alors Djebel Rached, remontèrent jusqu'au pied du Tessala d'où ils glissèrent vers le massif montagneux dit des Béni Chougran qui borde Mohammadia.

Seuls les Beni Chougrane de la région de Perrégaux passèrent à l'action. Il y eut de nombreuses opérations, Le 25 octobLes historiens invoquent "les menées anti-françaises venues de l'étranger" et " la propagande germano- turque". ... des Beni-chougrane où dit-on, "les soldats français avaient peur d'y mettre les pieds tant ces Monts leur paraissaient dangereuses et perilleuses.A Perregaux (actuellement Mohammadia) et Beni Chougrane, dans le département d' Oran, on tira sur des troupes françaises ... Selon M. Mehdl Bouabdelli, le cheikh Othraan Ar-rachidi fut « le héros de la révolte des Béni Chougrane » Révolte des tribus Beni-Chougrane de la région de Mascara. A la même période un autre foyer de tension se réveille ... Mustapha Kemal devient le champion de la résistance des Turcs au démembrement de leur pays par les alliés en 1919 .Mais l'Algérie, si l'on excepte la révolte de deux tribus pressurées, dans les Beni-Chougrane et les Aurès, resta fidèle au devoir. Certes, l'esprit de revendication politique n'était pas éteint.Finalement le général Moinier, commandant en chef, fut invité à ne prendre aucune mesure intéressant la politique ... il doit s'agir en réalité des deux douârs Beni Ncigh et Ferraguig ( Perrégaux) Aux Béni Chougrane de l'Oranie (douar Ferraguig), le 5 octobre 1914, les meneurs d'un mouvement de rébellion à la loi du recrutement militaire,sont activement recherchés. En1871 où se conjuguèrent la foi religieuse des Qadiriya et la fierté de chefs, les révoltes des tribus des hameau d'Ouod-Fergoug, fermes d'El-Manah, douars Sedjrara, Heni-M'Gigh, Ferraguig, Ouled- Saïs, Bcni-Khemis). une colonne militairefranàaise rasa au canon des douars ceux de Ferraguig et des Djebali en particulier.

...

re, les Beni-Chougrane durent faire leur soumission ; le soulèvement avait échoué faute de cohésion. Institut de Carthage (Tunisia) - 1895 -

lES TURCS lancent les contingents de leurs alliés et clans surle pays des Beni-Chougrane et vont mettre le siège devant douar el ferraguig et la Kalaà . Ils firentt donner l'assaut, et tous les Turcs furent passés au fond de l'épée (1518). Les tribus appelées par les Turcs constituent des maghzen, qui, en échange du service militaire ou de diverses corvées, des fractions du Dahra, des Douaïrs d'Oran, des bords du Chélif,BENI-CHOUGRANE (1841-1845), Aghalik des Zméla. — Avaient tous les services auxiliaires des colonnes turques ; escorte des bagages, courriers, distributions de vivres, muletiers, convoyeurs, remonte, réparations d'armes,.Dès 1913, les Jeunes Algériens, inspirés des Jeunes Turcs ,réclament une réforme du système ... suscitent un mouvement de refus, notamment chez les Beni Chougrane, dans la région de Mohammadia ex.Perrégaux .Houara et Beni Rached, sans être des résiduels, s'étaient rétablis dans les béni Chougrane après avoir perdu leur assiette . plus nourris qui décrivent cette vie de tribu et ses rapports avec Turcs et Espagnols pour la fin du xvme siècle.En 1962, Un tiers des Musulmansde la ville de perregaux habitent les douars-communes des Ferraguig.l'autre 1/3 Sahouria, notamment les douars : Sidi-Abd-el-Kader Tahtani, Bekhalta, Chouaadlya, Nouama, La Planète, Medjahed et Zenen- da, au Sud de Perrégaux , un autre 1/3 se groupe dans le « Village Nègre » et la banlieue de Perrégaux s'agglomèrent dans les hameaux européens de Ferme-Blanche (1.136 habitants), Sainte-Eugénie (900), Sahouria (756), Debrousseville (710). Un tiers des .Tous les douars, sur ces hauteurs, étaient ceinturés de cactus, excellents paravents pour le tireur qu'ils dissimulent

DOUARS, constitués en venu dn Sénalus-Consulte du 22 ivnl 1863, ET TRIBUS qui forment Ici circonscriptions judiciaires Subdivision de MASCARA... •1k Ferraga , Atba- Djellabah , Ou- led-Saïd, Beni-Keniis, Babou- rat, Beni-N'cish, Ferraguig.

 Débordant bientôt sur la plaine d'Eghris, ils ne tardèrent pas à rassembler autour d'eux des fractions berbères isolées et finirent par constituer une solide principauté, alliée du souverain de Tlemcen. Ils deviendront peu à peu le coffre et l'épée des derniers Abd el Wadides Par la suite, ils deviendront les alliés et le Makhzen,tribu priviligiée, des Turcs. Cela dit, ils devaient, selon Pierre Boyer, disparaître de l'énumération des tribus vers la fin du 18ème siècle et se transformer, à cette époque, en Hachem

, mais sous celui de Hachem, gheraba et cheraga, .Les Béni-amer Cheraga le seront dans la subdivision d'Oran,dans celle de Mostaganem. Les Hachem,Ils sont mentionnés par Ibn-Khaldoun aussi bien dans l'Histoire des Berbères,tome1, que dans les Prolégomènes.Cela étant dit, l'étude la partie du livre d'Ibn-khaldoun laisse entrevoir le fait que l'Oranie à la fin du 14ème siècle n'abritait pas de tribus arabes mais pourtant les écrits paraissant après 1830 font état de la présence de groupements portant les noms des et Hachem) aussi bien pendant la période turque que francaise.

 

 

  

les Beni-Chougran qui, les premiers, avaient levé l’étendard de la révolte, en compagnie de l’Émir.

ces tribus avaient abandonnés leurs territoires pour suivre l’Émir.

constituait le berceau de la résistance de l'Emir Abdelkader et un foyer permanent de tensions menaçant à tout moment la présence française.font remonter leur origine aux Béni Toudjine branche des Béni Baden (Tribu Zenatienne).  Ouled Sidi Saada , La fraction des M’rabtine est celle desdescendant des Moulay IdrissOuled Sidi Arbia les Béni Ghaddou   les brahmia les béni N'CIGH        

ثورة اجدادي بني شقران

نعم هم اجدادي و انا لفخور بهم

ان هذه الثورة قامت ضد قانون التجنيد الاجباري الذي فرضته فرنسا ابتداءا من 1912

ففي حين نري ان كبار الاسر الجزائرية تفضل ان تهاجر و تغادر الجزائر على ان يلتحق ابنائها بالجيش الفرنسي نري اجدادي يقاومون و يحملون السلاح في وجه فرنسا

وفيما روى لي جدي عن ابيه و جده رحمهما الله ان الشقرانين عانوا كثير من ويلات المحتل رغم ذلك لم يهنوا ولم يستسلموا كيف لا و بنوا شقران هم من بين القبائل الاولى التي بايعت الامير عبد القادر على الجهاد و الموت في سبيل الله

الا ان الملاحظ حول هذه الثورة نعم هي ثورة ليست انتفاظة و لا مقاومة و انما ثورة لم تنل حقها من الدراسة الا ما اشار اليه د عدة بن داهة في كتابه معسكر عبر التاريخ الا انه قليل بالمقارنة مع تاريخ اجدادي

 

Le désordre se généralisa et les accrochages dans la ville de Mohammedia en octobre 1914 se soldèrent par de nombreux morts et blessés des deux côtés.

Les insurgés attaquèrent les fermes de colons, les détruisant et incendiant tout ce qui représentait l'administration coloniale. Ils attaquèrent les agents de l'administration pour se venger du rôle qu'ils ont joué dans le recensement des jeunes mobilisables.

Après ces évènements, l'opération de répression débuta au moyen de troupes militaires venues de tous les côtés de l'ouest algérien. La région de Béni Chougrane fut encerclée du 5 au 20 octobre 1914. Au cours de cette période, de nombreux villages furent incendiés condamnant les habitants à l'errance, tel Douar el Fraguig. Les habitants tentèrent de négocier avec l'armée française mais cette dernière procéda à l'arrestation des membres de la délégation et tout suspect fut emprisonné.

Après une répression qui a duré plusieurs semaines, cette insurrection aboutit à l'arrestation de centaines de jeunes et d'adultes de la région avec, à leur tête, les chefs de la rébellion. Les personnes arrêtées furent présentées devant les juridictions d'exception françaises et des peines diverses furent prononcées à leur encontre, allant de la prison avec sursis à la condamnation à mort. Des sanctions furent également prises consistant en la saisie des biens de nombreuses tribus et clans de la région de Béni Chougrane auxquelles furent imposées des amendes exorbitantes. En outre, de nombreux notables furent démis de leurs fonctions.

Aux Béni Chougrane dans l'Oranie (douar Ferraguig), le 5 octobre 1914, les meneurs d'un mouvement de rébellion à la loi du recrutement militaire, font attaquer à coups de fusil, Le 7 octobre, une colonne punitive, forte de mille cinq cents hommes , un peloton de 1500 chasseurs d'Afrique. ...

Simultanément, une compagnie de chasseurs accompagnant des recenseurs au douar Ferraguig, dans le massif des Béni Chougrane, perd trois soldats dans une embuscade.Le général Labit a tiré à l'aide de mitrailleuses un millier de cartouches... il a incendié tous les douârs »; il doit s'agir en réalité des deux douârs Beni Ncigh et Ferraguig ( Perrégaux) .Il y eut de nombreuses opérations, l'armée utilisa les grands moyens ; une colonne militaire rasa au canon des douars ceux de Ferraguig et des Djebali en particulier. le 6 octobre, Labit et Pengrueber commencent à patrouiller au douar Beni N'cigh qu'ils trouvent ... Un combat a lieu où plusieurs Algériens sont tués, dont le propre frère du caïd de Beni N'cigh,un des inspirateurs de la révolte

 

qui sera enterré Le 25 octobre, les Beni-Chougrane durent faire leur soumission ...

Dossier conservés dans la Wilaya (préfecture) d'Oran - Affaire des Conscrits de Sidi- Daho, rapport du Sous-Préfet de Mascara au Préfet d'Oran. Affaire de Ferraguig ...Délimitation et répartition du territoire de la tribù des Beni-N'cigh [cercle de Mascara, province d'Oran) . N° 391. — RAPPORT A L'EMPEREUR. Paris, le 27 octobre 1866. Sire, J'ai l'honneur de placer sous les yeux de Votre Majesté le ...

Seghir Djillali ould Ali ould El Hadj Mohamed et de Fatma bent Benyahia, commune de Ferraguig, canton de Perrégaux, arrondissement de Mascara. Petit cultivateur âgé de 35 ans, marié, père d'un enfant. Lettré en arabe ». Un tiers des Musulmans habitent les douars-communes des Ouled Ali,Béni N'cigh,et Ferraguig ...

L'insurrection des Béni Chougrane s'étendit aux alentours de la région de Mascara même après la fin de la première rébellion. La désobéissance se poursuivit en 1915.

hijra (émigration) de 1845

Bornons-nous toujours à l’exemple du Tell oranais: les Hachem (région de Mascara), dont le jeune Abd-el-Kader Ben Mohieddine est originaire. Depuis plusieurs siècles cette confédération joue un rôle prépondérant dans l’histoire du Maghreb central. Vers 1835 leurs populations sont estimées respectivement à plus de 70.000 h .Lorsque Bugeaud envahit en 1836 leurs territoires, il ne rencontre pas de résistance armée, mais -- écrit-il lui-même -- pour inspirer une saine terreur il pille et brûle tout sur son passage. À partir de 1840, quand la guerre reprend, c’est cette fois Lamoricière qui pratique chez eux la razzia la plus impitoyable [2]. “On tue, on égorge...eh bien, on arrive à regarder tout cela avec une sèche indifférence qui fait frémir“ (Montagnac, Mascara, mars 1842) [3].

Aussi en 1845, quand l’Émir se replie définitivement, la panique: les souvenirs des horreurs subies depuis 1836 sont encore frais. Quelques tribus proches des montagnes et des Hautes-plaines (p. ex. Oulad en-Nhar, Hamyan Gharaba) s’y réfugient, pourchassés par l’armée française; mais la plupart des Beni ‘Amer et des Hachem s’enfuient au Maroc. C’est “la grande émigration“: 1200 tentes, 25 000 personnes, selon les Bureaux arabes eux-mêmes; avec moutons, chevaux, chameaux. Ils s’en vont au Maroc oriental d’abord, mais cette région déjà pauvre ne peut accueillir une telle masse: ils continuent sur la région de Fès. Quelques-uns iront jusqu’au Rharb: cinq cents km! Quel Delacroix viendra les peindre ? Quelle superproduction décrira leurs épreuves, leur ténacité ? [4].

Qu’à cela ne tienne: “Lorsqu’il plaît à une partie considérable d’une population quelconque d’abandonner terres et maisons sans en disposer par vente ou loyer pour aller vivre sous une domination étrangère, l’État doit-il, par un respect exagéré pour le droit de propriété, laisser un sol immense en friche perpétuelle ?... Cessons par conséquent de nous préoccuper des Arabes“ .En 1846 leurs terres sont mises sous séquestre. Les fugitifs finissent par revenir en 1848-50, du moins “en grande partie“; mais ils sont désormais occupants précaires Quelques-uns essaient de vendre leurs terrains au rabais, en cachette. Mais d’année en année les villages de colonisation s’étendent, sur leurs meilleures terres: Négrier, Bréa, Bel-Abbès (1849); St André de Mascara, St Hippolyte, Saf-saf, Mansoura (1850); Hennaya, Oued-el-Hammam (1851);  Perrégaux, Ténira (1858);  ...

Archives. Minist. de la Guerre, doss. 227, cah. 8, 1839 ; cité in Launay, Paysans algériens: 125-126. C'est la politique définie quelques années plus tôt par Bugeaud : "Partout où il y aura de bonnes eaux et des terres fertiles, c'est là qu'il faut placer les colons, sans s'informer à qui appartiennent les terres" (Discours, Chambre des députés, 14 mai 1840). M. Launay (op. cit.) note que ce général formule, avec plus d’un siècle d’avance, la théorie des “biens vacants“ de 1963.

[6] C.A.O.M., 3M227; Notices historiques, op. cit., p. 1316.

 Oulad Sidi Othmane (Feraguig)oulad cheikh commune ferraguig daira de mohammadia . Oulad Heda(Feraguig) douar Fergoug, sis à 10km au sud-ouest de Mohammadia,La commune de Feraguig, à une dizaine de kilomètres de Mohammadia et d'une population estimée à 3 400 âmes,

 Avec l'ensemble des acteurs (locaux et nationaux, vise le renouvellement de la vision du monde rural et de sa projection dans le futur (synonyme d'avenir et de potentialités à découvrir) à travers des soutiens politiques, économiques et sociales,forts par l'introduction, notamment, de nouvelles approches et méthodes d'encadrement,d'accompagnement et de renforcement des capacités des populations et des institutions engagées dans cette politique territoriale.

 Les HOMMES célèbres de la tribu des FERRAGUIG sont Seghir Djillali ould Ali ould El Hadj Mohamed et de Fatma bent Benyahia, commune de Ferraguig, canton de Perrégaux, arrondissement de Mascara. Petit cultivateur âgé de 35 ans, marié, père d'un enfant. Lettré en arabe ».

  Les habitants du Douar OULED  ALI tiennent à m' adresser leurs sincères remerciements à ma  personne   qui à donner toujours preuve d’affection et solide appartenance à ses origines.                                                                                                                                           

ImageChef.com - Custom comment codes for MySpace, Hi5, Friendster and more le Perregaulois KRIM ARBI Ahmed vous remercie pour votre visite .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×