المحمـــــدية مـــدينة الـــبـرتقــــال تـــــرحــــب بضيوفيها الكرام

AIN NOUISSY ex.NOISY les BAINS


Histoire antiqueA�n-Nou�ssy (sources merveilleuses) doit son nom aux diff�rentes sources thermales qui jaillissent de ses terres. Elle porte les traces d'un passé lointain et antique. Cette région mostaganémoise dont le sol fertile est reconnue nationalement a connue plusieurs invasions et plusieurs empires dont la présence romaine. Le pont romain qui date des premiers siècles et qui se trouve au pied du mont Chegga face au village est le témoin de l'existance romaine sur le sol noiséen.

Histoire coloniale
Au début du 18ème siécle , plusieurs tribus habitaient cette région dite Aïn-Nouïssy : Bordjia, Dradeb, Akerma, Abid Cheraga, Hachem Darough.Du temps de l'empire Othoman, les trois premières de ces tribus faisaient partie du makhzen de l'agha des douairs, les abid Cheraga comptaient dans le makhzen de l'agha des zmelas et les Hachem Darough étaient sous les ordres directs du caïd de Mostaganem.En juillet 1833, lors de la colonisation de Mostaganem par le général français Desmichels, ces tribus qui avaient reconnu l'autorité de l'émir AbdelKader vinrent sous ses ordres attaquer les avants-postes français. Déjà depuis 1830 au tout début de la colonisation, les français ont du repousser plusieurs assauts des tribus de Aïn-Nouïssy, l'une des premières résistances héroïques à l'occupation dans la région. En juin 1835, ces même tribus de Aïn-Nouïssy participèrent au côté de l'émir AbdelKader dans la glorieuse bataille de la Macta. En 1840 elles assiégèrent Mazaghran.Les populations d'origines habitant Aïn-Nouïssy composent les trois tribus principales, celles des bordjia, qui a pour berceau les environs de Mascara. En effet, le noyau des bordjia habitait près d'un bordj autour duquel furent peu à peu construites quelques maisons créant ainsi la petite ville d'El-Bordj. Cette tribu était tout à fait hétérogène et se subdivisa en Bordjia de Mascara ou d'EL-Bordj et en Bordjia de Mostaganem ou de Cirat. La scission eut lieu au XVIe siècle à l'arrivée des Turcs.

Les Dradebs restent néaumoins les populations les plus anciennes de Aïn-Nouïssy, d'origine arabe, leur nom vient de ce que les premières tentes qui formèrent cette tribu comptaient prés d'une haie de cactus. Ce sont eux (Dredebs) qui sont les plus anciennement installés dans le pays puisque l'on compte que beaucoup d'entre eux y vinrent au début du XVIe siècle avant les Turcs, et certains même au Xe siècle.

Ainsi en étudiant ces tribus on s'apercoit que les origines de Aïn-Nouïssy sont trés mélangées, c'est cependant l'ascendance des Dradebs qui leur vaut d'être les plus ancien du pays.

Dès les 20,24 et 28 septembre 1848, les murs de la capitale française se couvrirent d'affiches annonçant un crédit de cinquante millions destinés à l'installation en Algérie de douze mille colons.

En 1853, l'autorité coloniale cède la place à l'administration civile dans toutes les colonies agricoles de l'Algérie. Aïn-Nouïssy qui était une annexe de Hassi-Mamèche (Rivoli) demeura dans cette situation jusqu'en 1869 ou il devint une commune de plein exercice.
Aïn-Nouïssy, du nom de la source qui alimentait le village, devint Noisy-lès-bains par décret du Président français en date du 23 aout 1886, les bains étant ceux d'un établissement thermale situé sur la commune.ain.jpg

ImageChef.com - Custom comment codes for MySpace, Hi5, Friendster and more le Perregaulois KRIM ARBI Ahmed vous remercie pour votre visite .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site